Catégorie : Réseaux sociaux

Ras-le-bol du commerce agressif !

Ras-le-bol du commerce agressif !

Si comme moi vous êtes amené à contacter des prospects sans pour autant aimer faire du phoning, faire celui qui est copain avec tout le monde sans vouloir jouer la comédie et vendre vos services sans avoir l’âme d’un commercial acharné, cet article pourrait vous plaire.

Engendrer une clientèle n’est pas simple et la prise de contact directe reste dans beaucoup de domaines une porte d’entrée intéressante. Après tout, c’est ça ou rester assis au bureau à attendre que le téléphone sonne !

Voici les conseils du jour en 3 temps :

1. Quand vous rencontrez quelqu’un, votre objectif premier ne doit pas être de vendre, mais de mettre en place un contact positif et durable

Nous sommes en période de crise. Les gens ont un besoin de se recentrer sur certaines valeurs, dont le civisme et l’honnêteté. On est tous saturé par des commerciaux qui tentent de mettre un pied dans la porte et d’entrer coûte que coûte ! Le conseil est donc de privilégier la relation humaine à la vente. Le contact doit donc se faire en deux temps :

– un temps de rencontre : mise en place d’une relation saine et agréable

– un temps d’échange : la base étant saine, on peut réfléchir à ce que l’on peut construire ensemble. Après tout, ce que vous souhaitez vendre pourrait rendre service ! Le second temps permet donc de vendre, mais de vendre dans une optique d’échange, en recherchant l’intérêt de chacun.

2. Montrez-leur que vous leur portez de l’intérêt

Vous avez peut-être de la considération pour vos contacts, mais ils ne le savent pas forcément. Il est essentiel de

– donner du retour : à chaque fois que quelqu’un vous communique une information, vous rend service, pensez à le remercier. On vous envoie un message, accusez réception.

– communiquer de manière personnelle vers chaque personne : par exemple, si votre signature de mail comporte « cordialement », ce message est adressé à tout le monde et n’importe qui. Votre message n’a rien de personnel, il est donc susceptible de ne pas être perçu comme « cordial ».

3. Activez/réactivez le réseau

Donnez de vos nouvelles à chaque occasion : cartes de vœux, invitations à des événements et aussi : réseaux sociaux, communication par internet. L’idée est que les gens pensent à vous. Le jour où ils auront besoin de vos services, ils viendront spontanément car ils auront l’impression de vous connaitre déjà.

Je trouve plutôt rassurant de se dire que l’on peut rester soi-même pour proposer ses services dans notre société, qu’on n’a pas besoin de se travestir avec je ne sais quel déguisement. La sincérité dans les relations permet des échanges de meilleure qualité. Les relations commerciales seront peut-être un peu plus lentes à se mettre en place mais elles seront durables.

Vos nouveaux ambassadeurs

Vos nouveaux ambassadeurs

 

On pense spontanément que la publicité doit mettre le paquet sur les prospects pour gagner de nouveaux clients. Et c’est vrai. Pour autant, il ne faut pas négliger toutes les personnes avec qui vous êtes en relation professionnelle : vos fournisseurs, salariés, etc… sont vos premiers ambassadeurs !

 

Le calcul est simple : votre prospection vous a amené un nouveau client. Il ne vous connaît pas encore. S’il n’a aucune référence, il prend quelque part le « risque » de travailler avec vous. A contrario, un nouveau client recommandé par l’un de vos fournisseurs viendra en toute confiance. Car la recommandation est toujours plus efficace que n’importe quelle publicité bien faite.

 

Aussi, chouchoutez vos collaborateurs, fournisseurs, clients et anciens clients !

 

Comment ? Rien de plus simple :

  1. Transmettez quelques unes de vos offres commerciales de temps à autre avec un petit mot personnel.
  2. Papiers à entête, devis, factures, bons de livraison, cartes de visite, etc… sont de fantastiques supports pour faire passer des informations : offres promotionnelles par exemple, ou événements de l’entreprise. Ils devront être changés régulièrement et surtout, être à jour ! Attention aux infos périmées, c’est contre-productif.
  3. Pensez à eux de manière personnalisée au moment de l’envoi des cartes de vœux, c’est essentiel !
  4. Dès que vous entendez que l’un de ces ambassadeurs a parlé de vous à un tiers, faites-lui un retour, pensez toujours à le remercier !

 

Un peu de bon sens, de disponibilité et de considération feront toujours la différence. Prenez le temps !

 

Seth Godin on standing out | Video on TED.com

Seth Godin on standing out | Video on TED.com

Sous-titrage en français disponible.

En 2003, le gourou du marketing évoquait le virage à 180° que la publicité devait prendre pour toucher le public. Aujourd’hui, c’est d’autant plus vrai que tous les publicitaires sont loin d’avoir dépassé cette manière d’envisager la vente en masse.

Le public est noyé par l’information à tous les niveaux : dans la rue, dans sa boîte aux lettres, dans sa boîte mail. La plupart des produits cherchent encore à faire passer l’information par quelque moyen que ce soit. Mais les gens ont aujourd’hui trop de choix pour pas assez de temps. Ils ne sont pas intéressés et ignorent de ce fait la publicité.

La conduite à adopter est donc de diffuser vers des personnes qui sont déjà intéressées en espérant que l’idée se répandent, de proche en proche, par bouche à oreille et à l’image du réseau Internet. Il faut trouver ce que veulent les gens… et le leur donner !

De ce fait, le risque est aujourd’hui paradoxalement de diffuser quelque chose de bon. Car cela n’intéresse personne. Ce qui intéresse les gens, c’est ce qui est remarquable, ce qui se démarque, ce qui sort du lot, peut importe comment.

Comment mobiliser son réseau ? [Partie 1]

Comment mobiliser son réseau ? [Partie 1]

En traçant la carte de votre réseau de connaissances, vous vous rendrez vite compte qu’il est bien plus grand qu’il n’y paraît. C’est une bonne nouvelle, dans la mesure où le réseau est la première source de contacts intéressants pour votre activité, qu’elle soit professionnelle ou non.

Il y a les amis, la famille, les connaissances, les collègues, les pairs, les confrères… et puis il y a aussi la famille des collègues, les confrères des connaissances, sans oublier les amis des amis, qui sont toujours les bienvenus.

Pour créer une communication efficace grâce à votre réseau, vous devez appliquer deux règles essentielles :

RÈGLE 1 : CHAQUE PERSONNE DE VOTRE RÉSEAU REPRÉSENTE UN VECTEUR POTENTIEL DE VOTRE MESSAGE

Chaque personne de votre réseau doit être en mesure de relayer votre information de manière précise (et enthousiaste !).

MOTIVER

Rassurez-vous, il ne s’agit pas de motiver les troupes comme un directeur commercial. L’idée est de transmettre votre entrain et de le rendre communicatif. Vous devez prendre le temps d’expliquer à chaque personne de votre réseau (qui voudra bien vous accorder ce temps) ce que vous faites, quelles sont les possibilités et en quoi c’est intéressant.

CRÉER UN RELAIS

Ensuite, il faut voir dans quelle mesure cette personne pourra vous aider à trouver d’autres contacts intéressants. Là, voici la stratégie à mettre en place :

  • Demander si la personne a des contacts susceptibles d’être intéressés par cette activité, ou bien susceptibles de connaître d’autres personnes intéressées, ou bien qui pourront soutenir votre démarche, d’une manière ou d’une autre.
  • Les contacts fournis par vos contacts feront l’objet d’une recommandation. Il ne s’agit pas seulement de les appeler en disant « Bonjour, je connais M.Untel ». La formule, « c’est M.Untel qui m’a fortement conseillé de vous contacter au titre de ma nouvelle activité… » est plus adéquate. Ensuite, votre connaissance devra le rappeler pour confirmer la mise en relation.

SUPPORTS DE COMMUNICATION

Si vous disposez de supports de communication à distribuer (flyers, plaquettes…), ne chargez pas votre réseau en leur en donnant d’emblée 20 à chacun. « Tu les distribueras ? C’est promis ?? ». Ça ne fonctionne que rarement, en cas de très forte motivation ou de récompense à la clé. Généralement, ça va les embêter les gens. Préférez demander à la personne « Combien est-ce que je t’en donne à distribuer ? » : avec cette formulation, la personne fera le calcul. Ce faisant, elle se verra en train de les distribuer et le fera avec la volonté de vous rendre service. Ainsi, votre contact s’engage moralement à le faire puisque c’est lui qui vous a dit combien il allait en prendre.

RÈGLE 2 :CONNAITRE L’IMPORTANCE DE LA TIERCE PERSONNE

(… à suivre…)

Clay Shirky: Comment les réseaux sociaux font l’histoire | Video de TED.com

Clay Shirky: Comment les réseaux sociaux font l’histoire | Video de TED.com

Un sous-titrage de cette vidéo en français est disponible dans le menu déroulant « View subtitles ».


Clay Shirky est consultant et enseigne à l’Université de New York. Il est spécialisé dans les interactions entre réseaux sociaux et société ou comment les réseaux crée une culture de groupe. Invité par la conférence TED (Technology, Entertainment, Design) en juin 2009, il évoque la modification comportementale dans la manière dont le grand public utilise les médias.

Auparavant, les médias étaient réservés à une élite : dans l’utilisation de la radio ou de la télévision, le message devait être d’importance nationale, ce qui réduisait considérablement le nombre de producteurs de messages. De même, ces messages étaient particulièrement chers à produire.

Internet représente une révolution dans l’histoire des médias, dans la mesure où il fait voler en éclat un modèle longtemps resté unique en l’absence de concurrence. Mais la véritable évolution réside dans le fait que chaque consommateur d’Internet est un producteur potentiel. A partir de là, tous les échanges, ramifications et mises en relations sont envisageables.

Quand on considère que la communication, c’est le pouvoir, Internet est le terrain privilégié du pouvoir remis dans les mains du peuple. Non seulement Twitter est le premier média à avoir retransmis des événements historiques tels que le récent tremblement de terre en Chine, mais qui plus est, il les a partagés en temps réel !

Pendant la période qui a suivi cette catastrophe naturelle, la population chinoise a momentanément réussi à prendre le pouvoir sur la censure gouvernementale qui tente quotidiennement de contrôler la toile.

Les réseaux sociaux sont actuellement inaccessibles en Chine, de même que YouTube ou certaines recherches précises sur les moteurs de recherche. Cette censure reste relativement contournable pour tout informaticien qui se respecte, mais la population n’y a globalement pas accès.

Internet représente le pouvoir qui vient de la base et se développe de manière latérale et exponentielle face à une tentative de contrôle par le haut.

Clay Shirky est consultant et enseigne à l’Université de New York. Il est spécialisé dans les interactions entre réseaux sociaux et société ou comment les réseaux crée une culture de groupe. Invité par la conférence TED (Technology, Entertainment, Design) en juin 2009, il évoque la modification comportementale dans la manière dont le grand public consomme les médias.

Auparavant, les médias étaient réservés à une élite : dans l’utilisation de la radio ou de la télévision, le message devait être d’importance national, ce qui réduisait considérablement le nombre de producteurs de messages. De même, ces messages étaient particulièrement chers à produire.

Internet représente une véritable révolution dans l’histoire des médias, dans le sens où il fait voler en éclat ce modèle longtemps resté unique en l’absence de concurrence. Mais la véritable évolution réside dans le fait que chaque consommateur d’Internet est un producteur potentiel.

Quand on considère que la communication, c’est le pouvoir, Internet est le terrain privilégié du pouvoir qui appartient à la population. Ainsi, Twitter est le premier à avoir retransmis les événements historiques tels que le récent tremblement de terre en Chine, et à les diffuser, en temps réel !

Pendant la période qui a suivi le tremblement de terre, la population chinoise à réussi à prendre le pouvoir sur la censure gouvernementale qui tente quotidiennement de contrôler les réseaux Internet.

Les réseaux sociaux sont actuellement bloqués en Chine, de même que YouTube ou certaines recherches de Google. Cette censure reste relativement contournable pour tout informaticien qui se respecte. Mais la population chinoise n’y a globalement pas accès.

Dès lors, comment contrôler par le haut quelque chose qui se développe de manière latérale et exponentielle ?