Oups…

 

Après tous nos conseils pour trouver la com qui vous va le mieux, voici à présent les exemples à ne pas suivre. Surtout pas ! Et pour être sûr de ne pas commettre les mêmes erreurs (je vous l’accorde, il faut le faire !), 2 conseils essentiels en fin d’article.

 

 

 

 

 

Comment être sûr de ne pas commettre les mêmes erreurs ?

 

Au fil de la construction de nos supports de communication, on voit et on revoit les mêmes images. Rapidement, notre oeil finit par avoir tellement l’habitude de les voir qu’il perd son regard critique. Il peut être alors difficile de faire des choix, de se rendre compte de quelle composition est la plus efficace… c’est ainsi que des énormités sont parfois imprimées : parce que l’oeil ne pose plus de regard spontané sur les supports construits.

 

Conseil n°1 : observez vos nouveaux supports de communication dans un miroir. Ainsi, l’oeil redécouvre l’image créée. C’est comme s’il la voyait pour la première fois. C’est une première manière de voir les coquilles éventuelles, quand elles ne concernent pas le texte.

 

Conseil n°2 : pour l’ensemble des supports de communication que vous éditez et quelle que soit leur forme (logo, texte, affiche, flyer…), il est impératif de soumettre chacun des documents à un public. Choisissez des personnes qui n’auront pas peur de vous dire ce qu’elles en pensent de manière spontanée. De préférence, des personnes qui ne connaissent pas votre activité. Observez comment elles manipulent vos documents pour vérifier dans quel sens elles le lisent et recueillez leurs toutes premières impressions.

 

Et dans le pire des cas, si vous imprimez des énormités sans le faire exprès dans votre com, vous serez tout de même connu… mais pour d’autres raisons !

 


Après tous nos conseils pour trouver la com qui vous va le mieux, voici à présent les exemples à ne pas suivre. Surtout pas ! Et pour être sûr de ne pas commettre les mêmes erreurs (je vous l’accorde, il faut le faire !), 2 conseils essentiels en fin d’article.

 

Comment être sûr de ne pas commettre les mêmes erreurs ?

 

Au fil de la construction de nos supports de communication, on voit et on revoit les mêmes images. Rapidement, notre oeil finit par avoir tellement l’habitude de les voir qu’il perd son regard critique. Il peut être alors difficile de faire des choix, de se rendre compte de quelle composition est la plus efficace… c’est ainsi que des énormités sont parfois imprimées : parce que l’oeil ne pose plus de regard spontané sur les supports construits.

 

Conseil n°1 : observez vos nouveaux supports de communication dans un miroir. Ainsi, l’oeil redécouvre l’image créée. C’est comme s’il la voyait pour la première fois. C’est une première manière de voir les coquilles éventuelles, quand elles ne concernent pas le texte.

 

Conseil n°2 : pour l’ensemble des supports de communication que vous éditez et quelle que soit leur forme (logo, texte, affiche, flyer…), il est impératif de soumettre chacun des documents à un public. Choisissez des personnes qui n’auront pas peur de vous dire ce qu’elles en pensent de manière spontanée. De préférence, des personnes qui ne connaissent pas votre activité. Observez comment elles manipulent vos documents pour vérifier dans quel sens elles le lisent et recueillez leurs toutes premières impressions.

 

Et dans le pire des cas, si vous imprimez des énormités sans le faire exprès dans votre com, vous serez tout de même connu… mais pour d’autres raisons !

 

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

La com qui se propage plus vite que son ombre

UNICEF landmine stickers

UNICEF landmine stickers

 

Faire participer le public est un des moyens les plus efficaces qui soit pour faire passer un message. Par exemple, les publicités Internet présentent souvent une question à choix multiple ou une devinette pour guider l’Internaute sur le site.

Une telle communication peut également prendre la forme d’un objet. Bien faite, elle peut vite faire le tour de la planète. On parle alors de communication virale.

Deux éléments fondamentaux sont à considérer pour mener à bien une communication de se type :

  1. Le sens de l’action : il doit être en lien direct avec la problématique de la publicité
  2. La valeur ludique de l’objet : le public doit trouver cela « marrant », « rigolo » parfois « choquant » (comme dans le cas de certaines campagnes contre le sida ou de sensibilisation à la condition SDF), et au moins « intéressant ».

Il est clair que cette communication repose d’abord sur la bonne idée et qu’il faut une belle dose de créativité pour la mettre en oeuvre. Voici quelques exemples de campagnes qui traitent de questions de société.

Danish AIDS Charity

Danish AIDS Charity

WWF

 

Save paper WWF


Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Seth Godin on standing out | Video on TED.com

Sous-titrage en français disponible.

En 2003, le gourou du marketing évoquait le virage à 180° que la publicité devait prendre pour toucher le public. Aujourd’hui, c’est d’autant plus vrai que tous les publicitaires sont loin d’avoir dépassé cette manière d’envisager la vente en masse.

Le public est noyé par l’information à tous les niveaux : dans la rue, dans sa boîte aux lettres, dans sa boîte mail. La plupart des produits cherchent encore à faire passer l’information par quelque moyen que ce soit. Mais les gens ont aujourd’hui trop de choix pour pas assez de temps. Ils ne sont pas intéressés et ignorent de ce fait la publicité.

La conduite à adopter est donc de diffuser vers des personnes qui sont déjà intéressées en espérant que l’idée se répandent, de proche en proche, par bouche à oreille et à l’image du réseau Internet. Il faut trouver ce que veulent les gens… et le leur donner !

De ce fait, le risque est aujourd’hui paradoxalement de diffuser quelque chose de bon. Car cela n’intéresse personne. Ce qui intéresse les gens, c’est ce qui est remarquable, ce qui se démarque, ce qui sort du lot, peut importe comment.

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Quelle est votre image professionnelle ? Montrez-vous réactif !


De votre tenue vestimentaire à votre activité professionnelle, tout contribue à communiquer une certaine image de vous. Cette image donne rapidement lieux à des jugements de valeur professionnelle, qu’on le veille ou non ! Voici comment maîtriser cette image :

Etudions aujourd’hui votre image en terme de réactivité professionnelle.

On vous donne une mission : peu importe sa taille, vous répondez :

a. « Je ne peux pas, j’ai trop de travail. »

b. « Je m’en occupe tout de suite. »

c. « Je le ferai dès que possible. »

Répondez honnêtement. Beaucoup d’employés et de professionnels cochent la réponse a, quelle que soit leurs contraintes de temps, comme un dernier rempart de sécurité à leur confort professionnel. Il est vrai que les journées sont souvent bien remplies. Toutefois, voici les interprétations auxquelles cette phrase donne lieu du côté de celui qui est en attente de votre service :

La réponse a laisse entendre « Cette personne se noie dans un verre d’eau. » « Elle ne veut jamais rien faire. » « C’est toujours la même chose, elle râle encore. »

Personne d’autre que vous ne peut connaître la quantité de travail à laquelle vous faites face chaque jour. De plus, votre interlocuteur pensera toujours en avoir davantage. Une telle réponse vous desservira dans tous les cas, sauf si c’est une remarque exceptionnelle et que votre interlocuteur en est conscient. Inutile donc de vous étendre sur ce point si vous voulez donner une image professionnelle de maîtrise, c’est contreproductif !

La réponse b est parfaite… si et seulement si cet engagement de votre part est réel. Il n’y a rien de pire que quelqu’un qui prétend maîtriser la situation et prouve constamment le contraire. Soyez droit et intègre. Quand vous dites quelque chose, faites-le.

La réponse c veut certes tout et rien dire. Pour autant, elle résonne de manière très positive dans l’oreille de votre interlocuteur et sera toujours bien accueillie… et honnête !

Intégrez le conseil suivant à votre vie professionnelle pour améliorer considérablement l’image de votre efficacité.

Si la tâche qui vous est demandée vous prend moins de 3 minutes, exécutez-la immédiatement, et ce quel que soit votre charge de travail du moment. Ainsi :

  • Vous vous débarrassez de cette tâche : bien souvent, ce genre de chose reste en attente, fini par occuper beaucoup de votre temps mental et donc de votre énergie… pour rien. Ces tâches s’accumulent. Plus elles restent sur votre bureau longtemps, plus vous risquez de vous noyer dedans.
  • Vous donnez une impression de grande efficacité et de grande réactivité pour un investissement en temps mineur. C’est toujours bon à prendre.

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17  Scroll to top