Qui a osé se désinscrire de votre lettre ?

La semaine passée, au cours d’une formation que j’animais, une participante me fait part de sa déception à chaque désinscription de sa lettre d’information. J’aimerais aujourd’hui attirer votre attention sur tout ce qu’il y a de positif dans la désinscription d’un lecteur.

Le lecteur qui se désinscrit, vous pouvez lui dire « merci ». Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il vous permet d’avoir un retour qualitatif sur la pertinence de votre missive.

1. Pas de conclusions hâtives

Dans un premier temps, ne tirons pas de conclusion hâtive : s’il ne souhaite plus recevoir votre lettre, cela peut être pour des raisons très variées : trop de courriers, pas le temps le de lire… le désintérêt pour votre sujet ou votre actualité n’est qu’une raison parmi d’autres.

Lettre d'infos newsletter

2. Est-ce le moment d’une petite remise en question ?

Avez-vous respecté les points clés de la lettre d’infos ? Reprenons :

– votre lecteur s’est-il inscrit de son propre chef ? Halte aux envois abusifs ! Même si vous connaissez le destinataire, il est impératif de lui permettre de choisir.

– votre information est-elle pertinente ? Si vous invitez votre lectorat au même événement qui a lieu chaque mois, c’est le meilleur moyen de le lasser. Profitez-en pour lui demander quel type d’infos il souhaiterait lire.

– votre information est-elle variée ? Outre vos promotions, vous pourriez faire part de votre actualité, de conseils divers, etc… Le public en raffole !

3.Comment savoir ce qu’il en est ?

Comment savoir ce qu’il en est ? En lui demandant !

Une désinscription est une formidable opportunité de faire le point. Aussi, adressez une réponse à la personne : dites-lui que vous avez pris note de sa désinscription. Dites-lui également que c’est pour vous une occasion d’essayer d’améliorer encore votre démarche et demandez-lui la raison de sa désinscription.

Cela fera grandir votre compréhension de votre lectorat !

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Les bons points de la vidéo

Assurément, vous êtes un bon élève du web si vous publiez des vidéos : apport de contenu original, variété des médias, facilité de diffusion, la vidéo a tout pour plaire !

Explorons ensemble quelques questionnements de base et idées reçues pour étudier la question.

Faut-il avoir une vidéo de qualité professionnelle ou bien peut-on la faire chez soi avec les moyens du bord ?

Ah, la délicate question que voilà : d’un point de vue professionnel, évidemment qu’il faut toujours avoir une qualité pro. C’est une question d’image. C’est-à-dire qu’en publiant une vidéo avec une qualité faible, votre image risque de suivre et de s’effriter au gré du vent.

Par ailleurs, la société qui est la nôtre a tellement l’habitude de voir des vidéos amateurs que notre œil y a été éduqué. Ce paramètre est à prendre en compte. C’est-à-dire que cette pratique est tolérée, dans le sens où si le côté amateur reste discret, l’œil ne reste pas fixé sur cet aspect, comme cela aurait pu être le cas avant la révolution du « chacun apporte du contenu sur la toile ».

Il y a donc un certain nombre de règles auxquelles faire attention si vous souhaitez vous lancer dans cette aventure :

1. « …et action ! »

Ne vous prenez pas pour un professionnel si vous n’en êtes pas un. Chacun son métier. Optez pour une disposition simple, sans zoom ni travelling ou autre effets de style. Assurez un cadrage simple et discret.

2. Le son

Il y a deux choses qui ne pardonnent pas dans les vidéos amateurs : une mauvaise lumière, un mauvais son. Il est préférable de choisir une pièce qui absorbe facilement les bruits parasites (à la place de les amplifier). En gros, préférez un espace couvert de moquette à une salle carrelée. Faites des essais pour vérifier la qualité du son. Un micro est toujours le bienvenu, de préférence unidirectionnel.

3. La lumière

Elle doit être diffuse. Voici un schéma possible d’installation d’un éclairage.

Eclairage vidéo

A bannir : le spot en plein sur le visage et le tournage à proximité d’une fenêtre, ce qui créerait un contre-jour.

Le travail du son comme celui de la lumière ont pour vocation de se faire oublier.

4. Question de cadrage

Veillez à bien respecter la hauteur de la caméra : au niveau du nez ou du regard de la personne filmée. Laissez un petit espace au-dessus de sa tête. Observez les limites du cadrage dans l’exemple si dessous.

cadrage vidéo

Voilà pour les conseils de démarrage, et souvenez-vous : une vidéo de présentation n’est efficace que si elle est courte ! Nous verrons comment en construire le contenu dans un prochain article… et comment la diffuser !

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

En mai, fais ce qu’il te plaît

Le mois dernier, j’ai eu le plaisir de répondre aux questions de Ling-en pour vivredesonblog.com.

Au programme :
– communication et créativité,
– entrepreneuriat et autres aventures,
– …et pour ceux qui iraient jusqu’au bout de la vidéo, le conseil pour finir en beauté sur comment se donner des objectifs !


Merci Ling-en pour ce moment sympathique ! Prochainement, sur ce blog, un article intitulé « De la bonne utilisation de la vidéo ».

Vos remarques, réactions sont bienvenus dans les commentaires !

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

5 minutes pour avoir l’air plus pro que pro !

De nos jours, une personne qui vous envoie une demande par mail et attend plus de 48 heures (soyons généreux) pour recevoir votre réponse pense sans aucun doute qu’il y a un problème avec votre adresse ou avec le serveur. C’est un peu comme si vous parliez à une personne à côté de vous, et qu’elle mette quelques minutes avant de vous donner un feed-back.

Le meilleur conseil que je pourrais donner à tout communicant est sans doute celui-ci : soyez disponible et montrez-vous disponible.

Comment fait-on cela ?

Quel que soit votre domaine d’activité ou la saturation de votre emploi du temps, la personne qui vous contacte reste la priorité. Sachez le lui montrer ainsi :

– répondez aux emails dès leur réception ;
– remerciez vos contacts pour les informations qu’ils vous transmettent ;
– n’hésitez pas à renvoyer l’ascenseur et mettre les membres de votre réseau en relation.

Et vous aurez l’air plus pro que pro si vous répondez aux mails dans les 5 minutes de leur réception ! Si vous pensez ne pas avoir le temps pour cela, vous vous trompez. C’est en fait LE conseil du jour en matière de gestion du temps de travail. Mais comment cela est-il possible ?

Explication en 3 points :

  1. Répondre dans les 5 minutes vous libère d’emblée de cette tâche. Vous n’avez donc plus à la reporter sur votre to do list, déjà bien assez longue.
  2. Attendre de répondre à cette demande vous aurait pris du temps mental (« zut, il faut encore que je réponde à M.Machin. »). Vous avez donc l’esprit libre et vous sentez moins débordé.
  3. Vous donnez l’impression d’être la personne la mieux organisée au monde. Je vous l’accorde : ce point ne sert à rien dans la gestion du temps, il sert juste à satisfaire son égo…

Si la réponse à cette sollicitation requière plus de 5 minutes, envoyez un message pour dire à quel moment vous traiterez cette demande. Il faudra ensuite vous y tenir.

La communication, c’est un état d’esprit !

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17  Scroll to top