Qu’est-ce qui rend une vidéo virale ?

Kevin Allocca est le directeur des tendances de YouTube. Il explique pourquoi les vidéos deviennent virales. Chaque minute, 48h de vidéo sont uploadées sur YouTube. Mais seules quelques-unes d’entre elles se propagent. Il y a 3 raisons à ce phénomène :

1. Les leaders d’opinion : on devrait ici plutôt les appeler « leader de goût » (taste makers). Ce sont ceux qui proposent la nouvelle tendance, ceux qui communiquent vers un large public, sont écoutés et entendus. Aussi, ils sont capables de hisser au sommet certaines vidéos piochées sur internet en révélant leurs trouvailles au public. Et il suffit parfois d’un tweet !

2. Les communautés participatives : grâce à la forme sociale du média, on ne fait pas qu’apprécier la vidéo, on a l’impression de prendre part, de participer activement. En effet, si cela signifie mettre un commentaire ou un « j’aime » sur d’autres réseaux, celui-là invite également à partager son propre contenu. C’est ainsi que naissent les parodies de vidéos déjà connues ou parodiées.

3. L’inattendu : c’est l’effet de surprise ! Des 3 points, c’est paradoxalement celui sur lequel nous pouvons avoir le plus d’influence en publiant nous-mêmes des vidéos sur internet.

 

Sous-titrage français disponible.

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Votre image : parce que vous le valez bien

On parle aussi d’ « image de marque ». L’image, c’est ce que le public perçoit de vous, de votre activité. Et ça se construit, même sans budget !

On trouve énormément d’écrits sur l’image dans les grandes entreprises : en quoi L’Oréal se différencie d’une autre marque, stratégie de différenciation de Apple ou BMW, etc… Mais ce qui est plus rare, c’est de trouver des articles qui traitent de l’image de marque dans les petites et les très petites entreprises. Et pourtant, chers entrepreneurs, chers auto-entrepreneurs, vous le valez bien !

Alors, on se tient bien droit, on se regarde fièrement dans le miroir et on se pose la question suivante : quelle image communiquer de mon entreprise en adéquation avec qui je suis ? Ce face à face avec vous-même est troublant : l’un murmure « tu es le meilleur ! Montre-leur ! », l’autre dit « reste discret, un peu de modestie ! ». Prenez garde aux mauvais conseils. A ce stade, tout est permis, alors pourquoi s’en priver ? Vous pouvez tout imaginer : golden-boy, catwoman, artiste underground… une image ça se construit, oui. Oui, mais il y a un mais : si vous souhaitez que votre public adhère à votre offre, à vos produits, à vos idées, créer une « image » ex-nihilo ou jouer la comédie n’est pas suffisant. Car tôt ou tard, l’incohérence ressurgit. Et pour fidéliser en temps de crise, seule comptent l’honnêteté et l’intégrité. Pas besoin de se travestir, c’est plutôt une bonne nouvelle !

Mais alors, comment faire la part des choses entre l’honnêteté et la construction de son image ? A mon sens, il faut prendre les éléments qui vous caractérisent le plus dans votre personnalité, vos qualités, ce à quoi vous croyez pour les affiner, les faire s’épanouir. Vos qualités deviennent votre marque de fabrique, votre stratégie de différenciation.Image de marque

Une fois cette image définie, listez toutes les voies de communication dont vous disposez et voyez comment appliquer l’image choisi au support de communication :

– Comment je fais intervenir mon image dans ma présentation orale ?

– Quels sont les codes couleurs qui traduisent cette image ?

– Quels sont les mots-clés qui font écho à cette idée ?

– etc…

Quand il s’agit de vous différencier, jouez la carte de l’honnêteté, votre public vous le rendra !

 

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

On a testé pour vous : le deal du jour (sites de coupons)

Site de quoi ?
Tout le monde connait les sites de deals tels que Groupon par exemple (voir le site www.toutdeal.com pour un annuaire des différents sites de deal). Le principe est simple : chaque jour, le site envoie à sa liste d’abonnés les deals du jour : des promotions spectaculaires (de 30 à 90% de réduction) sur des produits et services allant du coiffeur ou du restaurant à l’achat de téléphones, voyages, stages de coutures, etc… Les deals doivent être consommés dans un délai de 6 mois. L’idée est qu’en proposant une offre très spéciale, cela permet de faire connaître un professionnel. A lui ensuite, de fidéliser ce potentiel nouveau client.

Dans la pratique
Comment ça marche ? Un commercial prend RDV avec vous et vient vérifier l’adéquation entre votre activité professionnelle et le deal que vous proposez. Vous passez contrat. Ce document précise notamment :
–    le montant de votre prestation
–    la réduction que vos accordez
–    le nombre de deals maximum que vous voulez atteindre (basé sur votre capacité à satisfaire tous les nouveaux clients)
–    la période à laquelle le deal sera publié
Un rédacteur se charge enfin de rédiger votre offre pour la rendre plus attractive. Vous avez un droit de regard sur ce texte, ce qui est appréciable.
Une fois votre offre publiée, c’est invasion, les clients appels, laissent des messages, on ne les arrête plus !

Et les pépètes dans tout ça ? Et bien le site empoche la totalité des bons souscrits dans la journée. Une jolie somme bien rondelette sur laquelle il vous versera au coup par coup vos environ 40% du montant du deal, une fois que le client se présente à votre porte pour bénéficier de son deal. En général, 25% se présentent dans la première semaine, 25% dans les semaines qui suivent et 20% dans les dernière semaines. Vous ne verrez pas 30% de ces souscripteurs.

Pourquoi ces sites ont parfois mauvaise réputation ?
Ces sites sont souvent mal vus tant chez le professionnel qui propose un deal que chez le client final. Prenons l’exemple d’un restaurant qui proposerait une offre de ce type : « buffet à volonté au restaurant Sushiparty pour 19€ au lieu de 43,50€ ». Une offre alléchante dans laquelle le restaurateur travaille bien souvent à perte, vu que les 19€ ne suffisent pas toujours à payer la nourriture, la location du lieu, etc. De plus, impossible de savoir si les visiteurs qui viennent découvrir le lieu par l’intermédiaire du site deviendront de réels clients ou non. Une frustration s’installe, si bien que « groupon » devient rapidement un adjectif qualifiant quelqu’un qui vient manger à moitié prix sans laisser de pourboire.
Côté client, cette frustration se fait parfois sentir. On entend fréquemment des personnes se plaindre du mauvais accueil qui leur a été réservé. Ce public devrait partiellement être fidélisé dans le lieu découvert grâce au site. Or, Groupon et les autres sites fidélisent essentiellement… à Groupon. Autrement dit, une personne qui découvre un restaurant grâce au site, pourra être tentée de découvrir un autre restaurant grâce aux autres réductions proposées par le site, et pas forcément de retourner au premier.
Par ailleurs, un autre problème réside dans les parfois trop nombreux souscripteurs du deal. L’entreprise ne parvient pas toujours à absorber tous ces nouveaux clients, si bien qu’elle se voit obligée de refuser des personnes qui ont pourtant acheté le deal.

Groupon garde donc l’argent des personnes inscrites mais qui ne seraient pas venues consommer leur bon mais se voit parfois aussi contraint de rembourser certaines personnes.

Comment tirer parti de ces sites pour faire sa promotion ?
1.    Envisager ces sites comme des actions marketing ou de communication : c’est un investissement financier et non une manière de gagner de l’argent. Au moment où le client potentiel vient vous voir, tout le travail de fidélisation reste à faire. Il est sans doute judicieux de réfléchir à une opération supplémentaire, ce qui l’un dans l’autre rend au final l’opération très coûteuse.
2.    Utiliser ces plateformes dans les cas suivants : votre matière première ne coûte rien ; vous êtes en démarrage d’une activité de service et vous avez du temps à offrir.
3.    Vous vendez sur le site un produit ou service qui suppose l’achat de produits supplémentaires. Par exemple, la première séance d’une cure d’amincissement.

En maîtrisant ces aspects seulement, les coupons peuvent parfois être un bon moyen de se faire connaître quand on démarre.

 

Deal du jour

Deal du jour

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Attention aux contrefaçons

Prenez garde, de fausses images pieuses circulent parmi nous ! Si vous en trouvez, ne vous approchez pas trop, mais prenez un instant pour admirez la beauté du travail de l’artisan modeleur en communication politique. Observons plutôt :

Georges Marchais : la Sainte Cène

Georges Marchais : la Sainte Cène

Ci-dessus : le costume clair de Georges Marchais se détache parfaitement du reste de l’image, tandis que les regards des Apôtres convergent vers lui, au centre de l’image et évidemment en très léger contre-plongé. On pourrait même aller plus loin et mentionner la main qui cache le cœur, ou encore les personnes littéralement en prière à l’arrière plan. Que ce soit l’œuvre du photographe ou du scénographe, c’est une bien jolie mise en scène.

 

Che Guevara déposition

Che Guevara : Déposition

L’image suivante est celle du corps gisant de Che Guevara : elle reprend les compositions christiques de la peinture classique.

Déposition (Fra Angelico)
Déposition (Fra Angelico)

La communication politique américaine est aujourd’hui friande de ces mises en scène. Voici ce que notre œil perçoit en réalité quand on fait un arrêt sur image :

bush-aureole

G. Bush aureolé

Barack Obama

Barack Obama auréolé

Obama-Aureole blanche

B. Obama - Aureole blanche

Qui prétendra encore que la communication subliminale est interdite ?!

Encore une petite mise en scène pour conclure :

bush-jumelles

G. Bush - jumelles

L’ancien président s’habille toujours en tenue de circonstance pour parler missile, même quand il n’est pas dans les tranchées. Avez-vous remarqué ce petit détail cocasse ? Et oui ! Les jumelles sont bien fermées ! Je vous le répète : attention aux contre-façons.

 

 

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17  Scroll to top