Étiquette : buzz

Demain, j’enlève le haut

Demain, j’enlève le haut

Quelles sont les accroches qui font cliquer à partir des réseaux sociaux ? Il y a les sujets tendances, les actus de pointes, les nouvelles in de votre domaine de spécialité, et il y a… la curiosité.

C’est plus fort que nous (allez, avouez) : qui peut résister à un tweet dont on ne comprend pas exactement le sens et qui semble révéler un secret ?

Twitter

Qui peut passer sans commenter à côté d’un post Facebook qui donne un état des lieux de la situation sans expliquer le contexte ?

Post Facebook

Il est vrai que l’actualité à scandale, celle qui choque, celle qui croustille, celle qui titille notre côté grivois nous murmure à l’oreille « cliquez, cliquez ». Avouons-le : bien peu d’entre nous résistent à la tentation. C’est visiblement là-dessus que table le géant Yahoo dont voici la page d’accueil d’aujourd’hui. Là, ça va peut-être un peu loin dans l’abrutissement du public.

Accueil Yahoo

Faites comme moi, passez par un autre moteur pour éviter de voir ça…

 

Ce qui reste à retenir, c’est que nous sommes ainsi faits : nous accordons plus d’importance à ce que nous ne savons pas ou qui attise notre curiosité. Vous savez ce qu’il vous reste à faire ! du teaser, encore du teaser, l’internaute est joueur !

Qu’est-ce qui rend une vidéo virale ?

Qu’est-ce qui rend une vidéo virale ?

Kevin Allocca est le directeur des tendances de YouTube. Il explique pourquoi les vidéos deviennent virales. Chaque minute, 48h de vidéo sont uploadées sur YouTube. Mais seules quelques-unes d’entre elles se propagent. Il y a 3 raisons à ce phénomène :

1. Les leaders d’opinion : on devrait ici plutôt les appeler « leader de goût » (taste makers). Ce sont ceux qui proposent la nouvelle tendance, ceux qui communiquent vers un large public, sont écoutés et entendus. Aussi, ils sont capables de hisser au sommet certaines vidéos piochées sur internet en révélant leurs trouvailles au public. Et il suffit parfois d’un tweet !

2. Les communautés participatives : grâce à la forme sociale du média, on ne fait pas qu’apprécier la vidéo, on a l’impression de prendre part, de participer activement. En effet, si cela signifie mettre un commentaire ou un « j’aime » sur d’autres réseaux, celui-là invite également à partager son propre contenu. C’est ainsi que naissent les parodies de vidéos déjà connues ou parodiées.

3. L’inattendu : c’est l’effet de surprise ! Des 3 points, c’est paradoxalement celui sur lequel nous pouvons avoir le plus d’influence en publiant nous-mêmes des vidéos sur internet.

 

Sous-titrage français disponible.

On a testé pour vous : le deal du jour (sites de coupons)

On a testé pour vous : le deal du jour (sites de coupons)

Site de quoi ?
Tout le monde connait les sites de deals tels que Groupon par exemple (voir le site www.toutdeal.com pour un annuaire des différents sites de deal). Le principe est simple : chaque jour, le site envoie à sa liste d’abonnés les deals du jour : des promotions spectaculaires (de 30 à 90% de réduction) sur des produits et services allant du coiffeur ou du restaurant à l’achat de téléphones, voyages, stages de coutures, etc… Les deals doivent être consommés dans un délai de 6 mois. L’idée est qu’en proposant une offre très spéciale, cela permet de faire connaître un professionnel. A lui ensuite, de fidéliser ce potentiel nouveau client.

Dans la pratique
Comment ça marche ? Un commercial prend RDV avec vous et vient vérifier l’adéquation entre votre activité professionnelle et le deal que vous proposez. Vous passez contrat. Ce document précise notamment :
–    le montant de votre prestation
–    la réduction que vos accordez
–    le nombre de deals maximum que vous voulez atteindre (basé sur votre capacité à satisfaire tous les nouveaux clients)
–    la période à laquelle le deal sera publié
Un rédacteur se charge enfin de rédiger votre offre pour la rendre plus attractive. Vous avez un droit de regard sur ce texte, ce qui est appréciable.
Une fois votre offre publiée, c’est invasion, les clients appels, laissent des messages, on ne les arrête plus !

Et les pépètes dans tout ça ? Et bien le site empoche la totalité des bons souscrits dans la journée. Une jolie somme bien rondelette sur laquelle il vous versera au coup par coup vos environ 40% du montant du deal, une fois que le client se présente à votre porte pour bénéficier de son deal. En général, 25% se présentent dans la première semaine, 25% dans les semaines qui suivent et 20% dans les dernière semaines. Vous ne verrez pas 30% de ces souscripteurs.

Pourquoi ces sites ont parfois mauvaise réputation ?
Ces sites sont souvent mal vus tant chez le professionnel qui propose un deal que chez le client final. Prenons l’exemple d’un restaurant qui proposerait une offre de ce type : « buffet à volonté au restaurant Sushiparty pour 19€ au lieu de 43,50€ ». Une offre alléchante dans laquelle le restaurateur travaille bien souvent à perte, vu que les 19€ ne suffisent pas toujours à payer la nourriture, la location du lieu, etc. De plus, impossible de savoir si les visiteurs qui viennent découvrir le lieu par l’intermédiaire du site deviendront de réels clients ou non. Une frustration s’installe, si bien que « groupon » devient rapidement un adjectif qualifiant quelqu’un qui vient manger à moitié prix sans laisser de pourboire.
Côté client, cette frustration se fait parfois sentir. On entend fréquemment des personnes se plaindre du mauvais accueil qui leur a été réservé. Ce public devrait partiellement être fidélisé dans le lieu découvert grâce au site. Or, Groupon et les autres sites fidélisent essentiellement… à Groupon. Autrement dit, une personne qui découvre un restaurant grâce au site, pourra être tentée de découvrir un autre restaurant grâce aux autres réductions proposées par le site, et pas forcément de retourner au premier.
Par ailleurs, un autre problème réside dans les parfois trop nombreux souscripteurs du deal. L’entreprise ne parvient pas toujours à absorber tous ces nouveaux clients, si bien qu’elle se voit obligée de refuser des personnes qui ont pourtant acheté le deal.

Groupon garde donc l’argent des personnes inscrites mais qui ne seraient pas venues consommer leur bon mais se voit parfois aussi contraint de rembourser certaines personnes.

Comment tirer parti de ces sites pour faire sa promotion ?
1.    Envisager ces sites comme des actions marketing ou de communication : c’est un investissement financier et non une manière de gagner de l’argent. Au moment où le client potentiel vient vous voir, tout le travail de fidélisation reste à faire. Il est sans doute judicieux de réfléchir à une opération supplémentaire, ce qui l’un dans l’autre rend au final l’opération très coûteuse.
2.    Utiliser ces plateformes dans les cas suivants : votre matière première ne coûte rien ; vous êtes en démarrage d’une activité de service et vous avez du temps à offrir.
3.    Vous vendez sur le site un produit ou service qui suppose l’achat de produits supplémentaires. Par exemple, la première séance d’une cure d’amincissement.

En maîtrisant ces aspects seulement, les coupons peuvent parfois être un bon moyen de se faire connaître quand on démarre.

 

Deal du jour
Deal du jour
Les élections intéressent les chatons

Les élections intéressent les chatons

Cette vidéo mise en ligne par Eva Joly a rapidement parcouru son petit tour de France, avec près de 50 000 vues en l’espace d’une semaine.


L'abstention fait peur aux chatons – Je crois… par SAV_EvaJoly

Fait intéressant : les statistiques du web marketing montrent que les courtes vidéos présentant un chat (déguisé, en train de faire des bêtises, dans une situation cocasse ou juste « trop mignon ») sont les plus vues sur la toile. Apparemment, elles dépasseraient de loin les femmes en tenues frivoles, les gags et autres « plaisanteries » de bon ou très mauvais goût.

Certaines agences se sont même spécialisées dans la réalisation de vidéos mettant en scène des chats. Pas si facile paraît-il, car l’acteur a ses exigences.

L’audimat de ces vidéos dépasse facilement les 20 à 30 millions d’internautes. Alors, vous avez compris la recette ? Une caméra, un chaton, votre message en fond publicitaire ; semble-t-il que cela soit suffisant pour que les spectateurs soient réceptifs au message et le diffusent ! Je vous épargnerai une conclusion du type « chat alors », « chaperlipopette » ou « chaval de Troie ». Le marketing, c’est fini, l’avenir est dans le shampooinage d’animaux.


Shopping virtuel (vrai shopping, vrais produits, caddie virtuel)

Shopping virtuel (vrai shopping, vrais produits, caddie virtuel)

Le géant Tesco a récemment réalisé une importante étude pour revoir son positionnement sur le marché coréen. Il apparait que pour les Coréens, faire les courses demande un effort tel que la plupart préfèrent l’e-shopping.

Aussi, Tesco met en place une nouvelle plate-forme de communication / achat innovante : les rayons de magasin sont bien réels, mais les produits ne sont que représentés et le magasin en lui-même peut être partout, même dans le métro !

Comment ça marche ?

Le consommateur fait son shopping avec un smart phone : il enregistre les QR Codes des produits qui l’intéressent… et se fait livrer chez lui !

Leur slogan ? « let the store come to the people »

C’est un bien bel exemple de produit qui fait sa propre communication.

Alors, pensez-vous que notre Europe sera contaminée par ce nouveau mode de consommation ?

Shopping virtuel Corée
Shopping virtuel en Corée du sud
Une vidéo pour ma page d’accueil ?

Une vidéo pour ma page d’accueil ?

Faire une vidéo pour se présenter, c’est souvent une bonne idée. L’internaute préfèrera bien souvent ouvrir une vidéo plutôt que lire un texte. Lui donner cette opportunité, c’est lui facilité l’accès à votre information. Placez la vidéo bien en évidence, directement sur la page d’accueil (dans le corps du texte ou bien dans la colonne de droite).

Plusieurs formats peuvent être intéressants, selon votre activité et ce que vous souhaitez communiquer.

1. La vidéo « carte de visite »

De plus en plus rependue, la carte de visite vidéo est un format de 1’ à 1’30 qui se présente un peu comme une interview, sans interviewer. Dans une carte de visite vidéo, c’est vous qui parlez, c’est vous qui êtes filmé. Cet outil est particulièrement recommandé pour les professions libérales, les métiers qui vendent un savoir, plus qu’un produit. On cherche à communiquer de la sympathie, du professionnalisme ou toute autre compétence qui fait intervenir relation interpersonnelle.

2. Le reportage « présentation de votre entreprise »

Présenter son entreprise dans une vidéo ne signifie pas expliquer précisément ce que l’on fait dans les moindres détails : il s’agit de communiquer une image. Définissez d’abord l’image à donner avant d’imaginer ce que vous souhaitez montrer. Le but n’est pas que les gens comprennent, le but est qu’ils aient envie de travailler avec vous.

3. Le « buzz »

Nouveau produit, nouvelle vidéo ! Toujours plus dynamique qu’une série de photos, la vidéo courte à un avantage certain : si elle plaît, elle est rapidement vue par des centaines de personnes. Vous découvrirez peut-être que faire le buzz n’est pas une histoire de hasard : rendre une vidéo virale, ça se construit.

Et souvenez-vous : les vidéos sont souvent comme les blagues, les plus courtes sont généralement les meilleures !

Attention, c’est viral et contagieux !

Attention, c’est viral et contagieux !


Même si vous ne connaissez pas le concept de vidéo virale, vous en avez sans doute déjà vues.

 

Signes distinctifs :

  • Une vidéo « maison » réalisée sans budget (ou plutôt, c’est ce qu’on veut nous faire croire), le plus souvent c’est une bonne équipe de créatifs qui est derrière avec des acteurs qui font comme si c’était la vraie vie
  • Une vidéo vraiment marrante ou incroyable ou bien qui montre quelqu’un(e) à poils qui fait un truc vraiment marrant ou incroyable
  • Une vidéo courte : la vidéo virale dure souvent moins d’une minute

Cette séquence vous plaira tellement que vous aurez une irrésistible envie de partager ça avec vos amis : la diffuser sur Facebook, la transférer par mail, la twitter, la retwitter, etc… Il existe d’ailleurs des techniques pour rendre une vidéo virale.

Calculons ensemble : si 100 internautes la montrent à leur réseau (mettons 100 personnes en moyenne), que dans chaque réseau 10 personnes font de même ; cela nous fait rapidement un total de… beaucoup beaucoup beaucoup de monde !

Par exemple, plus de 18 millions de personnes ont vu des téléphones portables faire cuire du popcorn depuis le lancement de cette vidéo virale en 2008 : c’est incroyable, ça fait même peur ! Une recherche en quelques clics sur Google et l’auteur sort de sa cachette : il s’agit en fait de la société Cardo Systems qui vend des kits d’oreillettes pour vous éviter le cancer du popcorn.

Rassurez-vous, il n’est en fait pas possible de faire du popcorn avec son téléphone portable, ça ne fonctionne pas. Ce qui marche, en revanche, c’est de se faire connaître grâce à une petite vidéo !