Étiquette : Curiosité

Demain, j’enlève le haut

Demain, j’enlève le haut

Quelles sont les accroches qui font cliquer à partir des réseaux sociaux ? Il y a les sujets tendances, les actus de pointes, les nouvelles in de votre domaine de spécialité, et il y a… la curiosité.

C’est plus fort que nous (allez, avouez) : qui peut résister à un tweet dont on ne comprend pas exactement le sens et qui semble révéler un secret ?

Twitter

Qui peut passer sans commenter à côté d’un post Facebook qui donne un état des lieux de la situation sans expliquer le contexte ?

Post Facebook

Il est vrai que l’actualité à scandale, celle qui choque, celle qui croustille, celle qui titille notre côté grivois nous murmure à l’oreille « cliquez, cliquez ». Avouons-le : bien peu d’entre nous résistent à la tentation. C’est visiblement là-dessus que table le géant Yahoo dont voici la page d’accueil d’aujourd’hui. Là, ça va peut-être un peu loin dans l’abrutissement du public.

Accueil Yahoo

Faites comme moi, passez par un autre moteur pour éviter de voir ça…

 

Ce qui reste à retenir, c’est que nous sommes ainsi faits : nous accordons plus d’importance à ce que nous ne savons pas ou qui attise notre curiosité. Vous savez ce qu’il vous reste à faire ! du teaser, encore du teaser, l’internaute est joueur !

Regardez-moi dans les yeux

Regardez-moi dans les yeux

Il y a quelques mois de cela, en longeant une librairie, mon regard a été happé par un livre en particulier dans la vitrine : celui sorti après le décès de Steve Jobs. Pourquoi spécialement vers cet ouvrage ? Qu’est-ce qui m’a attiré alors que je ne regardais même pas en direction des livres ? C’est sa couverture.

La couverture de ce livre présente un portrait au regard franc. Instinctivement, mon œil a cherché le contact visuel avec cette personne qui semblait me fixer.

C’est un fait particulièrement intéressant et qui nous provient sans aucun doute de notre fonctionnement archaïque. En effet, notre cerveau reptilien a pour mission de nous alerter en cas de danger imminent. Quand une paire d’yeux nous fixe, il doit la repérer aussi vite que possible et l’analyser, car il y va de notre survie.

Aussi, notre regard est instantanément attiré celui de quelqu’un d’autre qui nous observe.

Steve Jobs
Où votre regard va-t-il en priorité ?

Faites l’expérience suivante la prochaine fois que vous serez passager dans une voiture en train de doubler un autre véhicule : fixez du regard une personne assise dans la voiture que vous doublez. Vous observerez surement que la personne sentira instantanément qu’elle est observée et vous regardera en retour.

Les communicants l’ont bien compris : pour attirer l’attention, on peut placer un personnage qui nous observe, droit dans les yeux.

Attention aux contrefaçons

Attention aux contrefaçons

Prenez garde, de fausses images pieuses circulent parmi nous ! Si vous en trouvez, ne vous approchez pas trop, mais prenez un instant pour admirez la beauté du travail de l’artisan modeleur en communication politique. Observons plutôt :

Georges Marchais : la Sainte Cène
Georges Marchais : la Sainte Cène

Ci-dessus : le costume clair de Georges Marchais se détache parfaitement du reste de l’image, tandis que les regards des Apôtres convergent vers lui, au centre de l’image et évidemment en très léger contre-plongé. On pourrait même aller plus loin et mentionner la main qui cache le cœur, ou encore les personnes littéralement en prière à l’arrière plan. Que ce soit l’œuvre du photographe ou du scénographe, c’est une bien jolie mise en scène.

 

Che Guevara déposition
Che Guevara : Déposition

L’image suivante est celle du corps gisant de Che Guevara : elle reprend les compositions christiques de la peinture classique.

Déposition (Fra Angelico)
Déposition (Fra Angelico)

La communication politique américaine est aujourd’hui friande de ces mises en scène. Voici ce que notre œil perçoit en réalité quand on fait un arrêt sur image :

bush-aureole
G. Bush aureolé
Barack Obama
Barack Obama auréolé
Obama-Aureole blanche
B. Obama - Aureole blanche

Qui prétendra encore que la communication subliminale est interdite ?!

Encore une petite mise en scène pour conclure :

bush-jumelles
G. Bush - jumelles

L’ancien président s’habille toujours en tenue de circonstance pour parler missile, même quand il n’est pas dans les tranchées. Avez-vous remarqué ce petit détail cocasse ? Et oui ! Les jumelles sont bien fermées ! Je vous le répète : attention aux contre-façons.

 

 

Les élections intéressent les chatons

Les élections intéressent les chatons

Cette vidéo mise en ligne par Eva Joly a rapidement parcouru son petit tour de France, avec près de 50 000 vues en l’espace d’une semaine.


L'abstention fait peur aux chatons – Je crois… par SAV_EvaJoly

Fait intéressant : les statistiques du web marketing montrent que les courtes vidéos présentant un chat (déguisé, en train de faire des bêtises, dans une situation cocasse ou juste « trop mignon ») sont les plus vues sur la toile. Apparemment, elles dépasseraient de loin les femmes en tenues frivoles, les gags et autres « plaisanteries » de bon ou très mauvais goût.

Certaines agences se sont même spécialisées dans la réalisation de vidéos mettant en scène des chats. Pas si facile paraît-il, car l’acteur a ses exigences.

L’audimat de ces vidéos dépasse facilement les 20 à 30 millions d’internautes. Alors, vous avez compris la recette ? Une caméra, un chaton, votre message en fond publicitaire ; semble-t-il que cela soit suffisant pour que les spectateurs soient réceptifs au message et le diffusent ! Je vous épargnerai une conclusion du type « chat alors », « chaperlipopette » ou « chaval de Troie ». Le marketing, c’est fini, l’avenir est dans le shampooinage d’animaux.


Ras-le-bol du commerce agressif !

Ras-le-bol du commerce agressif !

Si comme moi vous êtes amené à contacter des prospects sans pour autant aimer faire du phoning, faire celui qui est copain avec tout le monde sans vouloir jouer la comédie et vendre vos services sans avoir l’âme d’un commercial acharné, cet article pourrait vous plaire.

Engendrer une clientèle n’est pas simple et la prise de contact directe reste dans beaucoup de domaines une porte d’entrée intéressante. Après tout, c’est ça ou rester assis au bureau à attendre que le téléphone sonne !

Voici les conseils du jour en 3 temps :

1. Quand vous rencontrez quelqu’un, votre objectif premier ne doit pas être de vendre, mais de mettre en place un contact positif et durable

Nous sommes en période de crise. Les gens ont un besoin de se recentrer sur certaines valeurs, dont le civisme et l’honnêteté. On est tous saturé par des commerciaux qui tentent de mettre un pied dans la porte et d’entrer coûte que coûte ! Le conseil est donc de privilégier la relation humaine à la vente. Le contact doit donc se faire en deux temps :

– un temps de rencontre : mise en place d’une relation saine et agréable

– un temps d’échange : la base étant saine, on peut réfléchir à ce que l’on peut construire ensemble. Après tout, ce que vous souhaitez vendre pourrait rendre service ! Le second temps permet donc de vendre, mais de vendre dans une optique d’échange, en recherchant l’intérêt de chacun.

2. Montrez-leur que vous leur portez de l’intérêt

Vous avez peut-être de la considération pour vos contacts, mais ils ne le savent pas forcément. Il est essentiel de

– donner du retour : à chaque fois que quelqu’un vous communique une information, vous rend service, pensez à le remercier. On vous envoie un message, accusez réception.

– communiquer de manière personnelle vers chaque personne : par exemple, si votre signature de mail comporte « cordialement », ce message est adressé à tout le monde et n’importe qui. Votre message n’a rien de personnel, il est donc susceptible de ne pas être perçu comme « cordial ».

3. Activez/réactivez le réseau

Donnez de vos nouvelles à chaque occasion : cartes de vœux, invitations à des événements et aussi : réseaux sociaux, communication par internet. L’idée est que les gens pensent à vous. Le jour où ils auront besoin de vos services, ils viendront spontanément car ils auront l’impression de vous connaitre déjà.

Je trouve plutôt rassurant de se dire que l’on peut rester soi-même pour proposer ses services dans notre société, qu’on n’a pas besoin de se travestir avec je ne sais quel déguisement. La sincérité dans les relations permet des échanges de meilleure qualité. Les relations commerciales seront peut-être un peu plus lentes à se mettre en place mais elles seront durables.

Oups…

Oups…

 

Après tous nos conseils pour trouver la com qui vous va le mieux, voici à présent les exemples à ne pas suivre. Surtout pas ! Et pour être sûr de ne pas commettre les mêmes erreurs (je vous l’accorde, il faut le faire !), 2 conseils essentiels en fin d’article.

 

 

 

 

 

Comment être sûr de ne pas commettre les mêmes erreurs ?

 

Au fil de la construction de nos supports de communication, on voit et on revoit les mêmes images. Rapidement, notre oeil finit par avoir tellement l’habitude de les voir qu’il perd son regard critique. Il peut être alors difficile de faire des choix, de se rendre compte de quelle composition est la plus efficace… c’est ainsi que des énormités sont parfois imprimées : parce que l’oeil ne pose plus de regard spontané sur les supports construits.

 

Conseil n°1 : observez vos nouveaux supports de communication dans un miroir. Ainsi, l’oeil redécouvre l’image créée. C’est comme s’il la voyait pour la première fois. C’est une première manière de voir les coquilles éventuelles, quand elles ne concernent pas le texte.

 

Conseil n°2 : pour l’ensemble des supports de communication que vous éditez et quelle que soit leur forme (logo, texte, affiche, flyer…), il est impératif de soumettre chacun des documents à un public. Choisissez des personnes qui n’auront pas peur de vous dire ce qu’elles en pensent de manière spontanée. De préférence, des personnes qui ne connaissent pas votre activité. Observez comment elles manipulent vos documents pour vérifier dans quel sens elles le lisent et recueillez leurs toutes premières impressions.

 

Et dans le pire des cas, si vous imprimez des énormités sans le faire exprès dans votre com, vous serez tout de même connu… mais pour d’autres raisons !

 


Après tous nos conseils pour trouver la com qui vous va le mieux, voici à présent les exemples à ne pas suivre. Surtout pas ! Et pour être sûr de ne pas commettre les mêmes erreurs (je vous l’accorde, il faut le faire !), 2 conseils essentiels en fin d’article.

 

Comment être sûr de ne pas commettre les mêmes erreurs ?

 

Au fil de la construction de nos supports de communication, on voit et on revoit les mêmes images. Rapidement, notre oeil finit par avoir tellement l’habitude de les voir qu’il perd son regard critique. Il peut être alors difficile de faire des choix, de se rendre compte de quelle composition est la plus efficace… c’est ainsi que des énormités sont parfois imprimées : parce que l’oeil ne pose plus de regard spontané sur les supports construits.

 

Conseil n°1 : observez vos nouveaux supports de communication dans un miroir. Ainsi, l’oeil redécouvre l’image créée. C’est comme s’il la voyait pour la première fois. C’est une première manière de voir les coquilles éventuelles, quand elles ne concernent pas le texte.

 

Conseil n°2 : pour l’ensemble des supports de communication que vous éditez et quelle que soit leur forme (logo, texte, affiche, flyer…), il est impératif de soumettre chacun des documents à un public. Choisissez des personnes qui n’auront pas peur de vous dire ce qu’elles en pensent de manière spontanée. De préférence, des personnes qui ne connaissent pas votre activité. Observez comment elles manipulent vos documents pour vérifier dans quel sens elles le lisent et recueillez leurs toutes premières impressions.

 

Et dans le pire des cas, si vous imprimez des énormités sans le faire exprès dans votre com, vous serez tout de même connu… mais pour d’autres raisons !